Les 10 Bad Boys du foot

Partagez sur Facebook

Que ce soit sur la pelouse ou en dehors du terrain, certains footballeurs ont la réputation d’être hors de contrôle. Il faut dire que la pression qui pèse sur eux est énorme. Provocateurs, violents ou insultant, retour sur les footballeurs ayant péter les plombs.

--- Publicité ---

Eric Cantona

Cantona

Qualifié de rebelle et doté d’un fort tempérament, Éric Cantona a plusieurs fois fait la une des médias durant sa carrière. L’affaire qui restera dans la mémoire de tous remonte à 1995, où il fut exclu pour un geste jugé dangereux à la fin d’un match entre Manchester United et Crystal Palace. Sur le chemin des vestiaires, l’ancien joueur de foot se fait insulter par un supporteur de l’équipe adverse, ce qui provoqua la colère d’Éric Cantona qui lui enverra son coup de pied en guise de réponse. Une sortie de route qui lui vaudra 120 heures de travaux généraux et une suspension de 9 mois par la fédération anglaise de football.

Pepe

PEPE

Une chose est sûre, face à Pepe, mieux vaut être muni de protège-tibias. « À 13 ans, je rentrais chez moi et je m’entraînais à faire des tacles tout seuls jusqu’à avoir des genoux ensanglantés », Pas la peine d'en rajouter. En une phrase, l'international portugais se présente au public. Connu pour ses interventions agressives et son comportement violent sur le terrain, Pepe a atteint son pic de violence en 2009.

Cette fois-là, le Real Madrid dispute un match contre Getafe, au stade Santiago Bernabeu. On joue la 87ème lorsque Javier Casquero se fraye un chemin dans la surface merengue. En retard, Pepe bouscule son rival qui s'écroule. Penalty sifflé par l'arbitre et moment d'absence totale pour le défenseur du Real Madrid. En quelques secondes, une pluie de coups s'abat sur l'Espagnol. Verdict : dix mois de suspension et une réputation de Loco.

Joey Barton

Barton

Plutôt fair play sur la pelouse malgré quelques cartons rouges, Joey Barton s'est surtout distingué par ses frasques hors des terrains. Comme en 2007, après une soirée dans le centre de Liverpool où il a agressé deux individus dans la rue, au petit matin. Condamné à une peine de 6 mois de prison ferme, il est libéré au bout de 77 jours.

Récemment, l'actuel milieu des Glasgow Rangers fut également suspendu trois semaines pour avoir insulté ses coéquipiers à la suite d'une défaite contre le Celtic. Personnalité hors norme dans le monde du football, Joey Barton affiche des casseroles en pagaille et ce n'est pas prêt de changer dans le futur… 

Paolo Dicanio

di canio

Di Canio a toujours été mauvais perdant. Personnage au sang chaud sur le terrain, l'Italien n'a jamais changé durant ses quinze ans de carrière, pas même ses passages sur le banc de touche.

Ancien attaquant, il a occupé le poste de manager à Swindon Town, en D4 anglaise. Lors d’un match de Carling Cup, l’Italien n'a pas supporté l’élimination des siens et a passé ses nerfs sur un de ses attaquants en le giflant avant de finir par une bagarre en tête à tête. Immédiatement licencié par ses dirigeants, il n'a, à ce jour, pas retrouvé de poste. 

Tony Vairelles

Vairelles

Ex-grand espoir du football français, il fut sélectionné à huit reprises en équipe de France. Sa trajectoire prit une tournure surprenante à laquelle personne ne s’attendait. En 2012, Tony Vairelles fut mis en examen pour tentative de meurtre après une fusillade dans une boîte de nuit.

Sa carrière s'arrêta sur le champs, il passa un an de prison à la maison d’arrêt de Metz. Malgré sa libération, le chouchou du public de Bollaërt ne rechaussa plus jamais les crampons. 

Zinedine Zidane

zidane

 

Réputé calme et réservé, le champion du monde de football de 98 n'est pas du genre  à se laisser faire. Le 9 juillet 2006, lors de la finale de la Coupe du monde, Zizou se fritte avec Marco Materazzi. Quelques noms d'oiseaux volent, ZZ se retourne subitement et lui adresse un coup de boule dans le thorax.

Après quelques secondes de flottement, le Français, exclu, abandonne ses partenaires en infériorité numérique. Quelques minutes plus tard, la « Nazionale » remportera la finale aux tirs au but.

Wahbi Khazri

khazri

 

Être né à Ajaccio de parents tunisiens et formé à Bastia, ça vous situe le caractère d'un homme. À l’occasion d’un match amical opposant la Tunisie à la Mauritanie, Khazri s’est rendu coupable de deux gestes violents à l’encontre de l’un de ses adversaires, Diaw. Après avoir violemment repoussé ce dernier, il l'a frappé au visage sous les yeux de l’arbitre. Le responsable du jeu n’a eu d’autre choix que d’expulser l’ancien joueur de Bordeaux. 

Luis Suarez

Suarez

Qui n’a jamais entendu parler de la mâchoire d'El Pistolero ? Avec l’Uruguay, Liverpool ou encore l’Ajax Amsterdam, Luis Suarez a fait parler de lui en mordant un adversaire. Une manière pour lui de montrer son désaccord.

Giorgio Chiellini s’en souvient encore. Lors du Mondial 2014, l'avant-centre du Barça a dégusté - en plein match - l'épaule de l'international italien, complètement sous le choc. Surnommé le cannibale depuis ce funeste épisode, Suarez a écopé pour l'occasion de quatre mois de suspension.

Mario Balotelli

Balotelli

Mesdames, Messieurs, voici le plus provocateur des footballeurs ! Pour Super Mario, les dérapages et scandales en tout genre se comptent comme Cristiano Ronaldo et Lionel Messi enfilent les buts. En 2013, il n'hésite pas à livrer en pâture sa compagne, Fanny Neguesha, devant les médias du monde entier.

"Si le Real Madrid refait son retard contre le Borussia Dortmund (défaite 4-1 à l'aller) et se qualifie pour la finale, je laisse ma copine coucher avec tous les joueurs madrilènes", ose le fou transalpin. Fort heureusement pour son ex-copine, le Real n’a pas réalisé cet exploit.

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan

Considéré comme l’un des meilleurs footballeurs de la planète, Zlatan est également devenu un véritable phénomène médiatique grâce à ses nombreuses provocations. Accusé d’avoir pris la grosse tête par ses détracteurs, le goleador mancunien n'a jamais cherché à leur prouver le contraire.

Le 14 mai 2016, lors de son dernier match de Ligue 1 avec le PSG, le Suédois a choisi de quitter le match 10 secondes avant la coup de sifflet final, laissant ses coéquipiers à dix. Une attitude osée qu'Ibra avait d’ailleurs justifié sur Twitter : "Je suis arrivé comme un roi, je repars comme une légende". Très évocateur.

Vidéos associées

Articles similaires