Selim Benachour : "Les gens n’ont pas cette image d’Anelka car il a été sali en France"

Partagez sur Facebook

Mardi soir, l’ancien milieu de terrain du Paris Saint-Germain, Selim Benachour, était l’invité de l’émission « Le vestiaire » sur SFR Sport. Sur le plateau, le Tunisien a ouvert la boîte à souvenirs. Il en a profité pour rendre un vibrant hommage à Nicolas Anelka. Le natif de Paris a également évoqué sa relation fusionnelle avec Ronaldinho.

--- Publicité ---

Nicolas Anelka

Selim Benachour a été formé au PSG, comme Nicolas Anelka. Celui qui vient tout juste de prendre sa retraite a joué durant plusieurs saisons avec le gamin de Trappes. Originaires de la banlieue parisienne, le Français et le Tunisien sont assez rapidement devenus amis. Invité à décrire la personnalité de l’ancien de Bolton sur SFR Sport, « SB » a confié :

"Nico est une personne réservée. Il est très discret. Au début, quand tu ne le connais, il est très timide. Il obverse beaucoup, on peut dire que c’est un taiseux. Après avoir observé, dès qu’il sent un feeling avec son interlocuteur, il se lâche. Et quand il se lâche, c’est une bombe atomique. Il est incroyable ! Il vanne, il rigole, il te met à l’aise. Franchement, bien. Les gens n’ont pas cette image-là de lui parce qu’en France, il a été sali par rapport à tout ce qu’il lui est arrivé. Bon après, il s’est passé plein de choses dans sa carrière comme en 2010 à Knysna. Mais je vous assure, ce mec est très attachant. Quand tu le connais, c’est exceptionnel. Quand Nico ouvre son cœur, c’est incroyable. En plus, il est un peu comme moi, il a joué dans plusieurs clubs. Je ne sais pas s’il m’a battu d’ailleurs."

Ses débuts au PSG

Ben Achour

Joueur du PSG entre 1998 et 2005, Benachour était considéré comme un « enfant du club » à l’époque. Lancé à l’âge de 20 ans chez les pros, il raconte :

" Quand j’ai joué mon premier match avec le PSG, j’ai immédiatement ressenti de la fierté. C’était mes débuts donc normal, j’avais un peu d’appréhension. En plus, c’était en Ligue des Champions au Parc des Princes (face à Galatasaray). Ce jour-là, il y a eu des incidents. C’était dommage, la fête a été un peu gâchée. J’étais tout de même très content de participer à cette partie et surtout de fouler la pelouse. C’était un rêve de gosse  qui s’est réalisé. J’étais très fier. C’était spécial franchement."

Ronaldinho

À Paris, Selim a également croisé la route d’un certain… Ronaldinho (devenu Ballon d’Or quelques années plus tard). Très proche du Brésilien, Benachour se souvient :

" J’ai toujours eu de bons rapports avec Ronaldinho. Je pense qu’il a toujours voulu jouer avec moi. Il allait souvent voir Luis Fernandez (le coach de l’époque) pour lui dire : "Il faut que le petit joue ". Il lui répétait souvent. On s’entendait super bien. Lorsqu’on était à l’entraînement, on se cherchait beaucoup. Il sent le football, je sens le football… on avait donc un super feeling. On se comprenait. En dehors du terrain, on était souvent ensemble aussi. On sortait ensemble, on se marrait bien. Vraiment un super gars."

Son plus beau souvenir

Après avoir porté le maillot de l’équipe de France chez les jeunes, Benachour a opté pour la Tunisie en 2002. Deux ans après, il a vécu un moment inoubliable avec les Aigles de Carthage :

" Notre victoire à la CAN 2004 est le plus beau souvenir de ma carrière. C’est l’un des meilleurs moments de ma carrière avec la Coupe du Monde bien évidemment. On a soulevé le trophée chez nous, à la maison, devant tout le peuple tunisien face au Maroc en finale. C’était exceptionnel. On avait un très bon coach à l’époque en plus. Roger Lemerre était vraiment très bien. Quand il est arrivé, le football tunisien était en difficulté, dans l’amateurisme. Il a tout de suite apporté sa patte. Il a professionnalisé notre football. "

Vidéos associées

Articles similaires